Samedi 21 mai 2022
Navigation
Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON Nous adhérons aux principes de la charte HONcode. Vérifiez ici.

Tolérance de l’épanchement

Un article de IRM Cardiaque par Neteditions .

(Différences entre les versions)
Ligne 7 : Ligne 7 :
- La perte de compliance de la veine cave inférieure lors de l'inspiration profonde
- La perte de compliance de la veine cave inférieure lors de l'inspiration profonde
-
Il importe de rappeller que la tolérance hémodynamique n'est pas tant liée par l'abondance de l'épanchement mais est surtout dictée par sa vitesse de constitution (car le feuillet pariétal necessite un certain temps pour s'étirer).
+
Il importe de rappeler que la tolérance hémodynamique n'est pas tant liée à l'abondance de l'épanchement mais est surtout dictée par sa vitesse de constitution (car le feuillet pariétal necessite un certain temps pour s'étirer). C'est pourquoi il est possible d'observer des épanchements volumineux sans signe de mauvais retentissement comme dans cet [[Exemple_ep_bien_tolere|cet exemple]].
== Compression des cavités cardiaques ==
== Compression des cavités cardiaques ==

Version du 11 novembre 2007 à 22:23

Deux types d'indices accessibles en IRM

Deux catégories d'indices explicités dans la section Physiopathologie permettent d'apprécier en IRM le retentissement d'un épanchement sur les cavités cardiaques et la tolérance hémodynamique :

- La compression des cavités cardiaques

- La perte de compliance de la veine cave inférieure lors de l'inspiration profonde

Il importe de rappeler que la tolérance hémodynamique n'est pas tant liée à l'abondance de l'épanchement mais est surtout dictée par sa vitesse de constitution (car le feuillet pariétal necessite un certain temps pour s'étirer). C'est pourquoi il est possible d'observer des épanchements volumineux sans signe de mauvais retentissement comme dans cet cet exemple.

Compression des cavités cardiaques

Image:tamponnade2.jpg Le premier signe de retentissement, facilement décelable en IRM, est la compression cyclique de la paroi externe de l'oreillette droite.

Cette paroi mince est facilement depressible, d'autant que la pression dans l'oreillette droite est faible.

Un enfoncement plus ou moins marqué de cette paroi externe est souvent visible, pouvant parfois apparaitre comme un début de collapsus périodique lorsque l'écrasement pariétal est prononcé.

Ce signe précoce ne signifie pas que la tolérance hémodynamique est mauvaise.

Cine SSFP en coupe frontale montrant un épanchement péricardique moyennement abondants avec écrasement cyclique partiel de l'oreillette droite. Noter la présence de franges épicardiques prohéminentes Coupe frontale du même patient montrant l'invagination partielle de la paroi externe de l'OD en diastole, lorsque les ventricules se remplissent et que la pression intrapéricardique augmente.
Autre exemple d'écrasement télédiastolique de l'OD Noter sur cette observation que la compression de l'OD s'effectue ici en systole et non pas en diastole...

Beaucoup plus péjoratif serait l'écrasement cyclique de la paroi libre du ventricule droit, correspondant à une mauvaise tolérance hémodynamique, s'inscrivant dans un tableau de tamponnade.

La perte de compliance de la veine cave inférieure, traduisant l'élévation des pressions droite, est mieux corellée à la mauvaise tolérance hémodynamique de l'épanchement que l'écrasement cyclique de l'OD.

Précédent : Hemorragies péricardiques Suivant : Calibre_veine_cave