Samedi 21 mai 2022
Navigation
Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON Nous adhérons aux principes de la charte HONcode. Vérifiez ici.

Sequence1

Un article de IRM Cardiaque par Neteditions .

(Différences entre les versions)
(Nouvelle page : {| class="wikitable" | width="200" align="left" |<--Artefacts de mouvements | width="333" align="center" |<span style="color:#1122BB; font-size: 150%;">'''Sém...)
Ligne 13 : Ligne 13 :
| width="183" align="center" |<flvplayer width="183" height="200">http://www.irmcardiaque.com/DATA/Principes/cine_mabrou_pourPSIR.flv?source=1</flvplayer>
| width="183" align="center" |<flvplayer width="183" height="200">http://www.irmcardiaque.com/DATA/Principes/cine_mabrou_pourPSIR.flv?source=1</flvplayer>
|}
|}
-
"Aspect du signal d’un épanchement pleural liquidien avec différents types de séquences, chez un patient de 36 ans, aux antécédents de pneumectomie partielle avec rétraction du massif cardiaque vers la droite. En A, écho de spin T1 montrant un hypersignal de l’épanchement ce qui est en faveur d’un contenu riche en protéines, voire partiellement hémorragique. En B, séquence d’inversion–récupération avec TI 240 ms et lecture en écho de gradient : hypersignal persistant (peu différent du signal du tissu adipeux). Le ciné (à droite) ne montre pas non plus de distinction nette entre le signal adipeux et le signal liquidien. La reconstruction PSIR pondérée en T1, sans ambiguïté sur la polarité du signal (C), montre que le T1 de l’épanchement est beaucoup moins court que celui de la graisse (qui apparaît en hypersignal). "
+
''Aspect du signal d’un épanchement pleural liquidien avec différents types de séquences, chez un patient de 36 ans, aux antécédents de pneumectomie partielle avec rétraction du massif cardiaque vers la droite. En A, écho de spin T1 montrant un hypersignal de l’épanchement ce qui est en faveur d’un contenu riche en protéines, voire partiellement hémorragique. En B, séquence d’inversion–récupération avec TI 240 ms et lecture en écho de gradient : hypersignal persistant (peu différent du signal du tissu adipeux). Le ciné (à droite) ne montre pas non plus de distinction nette entre le signal adipeux et le signal liquidien. La reconstruction PSIR pondérée en T1, sans ambiguïté sur la polarité du signal (C), montre que le T1 de l’épanchement est beaucoup moins court que celui de la graisse (qui apparaît en hypersignal).''

Version du 3 août 2008 à 15:05

<--Artefacts de mouvements Séméiologie avec la sequence PSIR Séquences (suite)-->

Séquence PSIR

Aspect des épanchements liquidiens

Image:ep_pleural_mabrou_pourPSIR.jpg

Aspect du signal d’un épanchement pleural liquidien avec différents types de séquences, chez un patient de 36 ans, aux antécédents de pneumectomie partielle avec rétraction du massif cardiaque vers la droite. En A, écho de spin T1 montrant un hypersignal de l’épanchement ce qui est en faveur d’un contenu riche en protéines, voire partiellement hémorragique. En B, séquence d’inversion–récupération avec TI 240 ms et lecture en écho de gradient : hypersignal persistant (peu différent du signal du tissu adipeux). Le ciné (à droite) ne montre pas non plus de distinction nette entre le signal adipeux et le signal liquidien. La reconstruction PSIR pondérée en T1, sans ambiguïté sur la polarité du signal (C), montre que le T1 de l’épanchement est beaucoup moins court que celui de la graisse (qui apparaît en hypersignal).


<--Artefact_motion Séquences (suite)-->