Lundi 26 juin 2017
Navigation
Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON Nous adhérons aux principes de la charte HONcode. Vérifiez ici.

Pericardite constrictive type

Un article de IRM Cardiaque par Neteditions .

<--Variantes topographiques Péricarde/Péricardite constrictive Scanner pour les calcifications-->


ASPECT TYPIQUE DE LA PERICARDITE CONSTRICTIVE

Dans sa forme complète, les signes classiques de la péricardite constrictive sont :

- Épaississement péricardique localisé ou circonférentiel de plus de 4 mm d'épaisseur.

- Dilatation de l'oreillette droite et de la veine cave inférieure.

- Aspect 'tubulisé' du ventricule droit.

- Anomalies de contraction du septum avec fasseyement caractéristique (vibration avec aplatissement protodiastolique)

- Rigidité des contours épicardiques qui apparaissent comme 'rivetés', fixés à la ligne péricardique qui reste immobile ; les mouvements de contraction se faisant principalement par le recul de l'endocarde.

- Fréquent épanchement pleural associé.

Image:per_cons1.jpg
Image:per_cons2.jpg
Coupes 4 cavité et petit axe en écho de spin T1 montrant un épaississement circonférentiel du péricard de plus de 4 mm Cine SSFP dans les mêmes incidences montrant l'hyposignal diffus du péricarde épaissi

Noter l'épanchement pleural gauche

De surcroit, un hypersignal des feuillets péricardiques après injection de gadolinium a été décrit comme un marqueur d'inflammation vérifié en anatomie pathologique, en cas de péricardiqte constrictive (Ha 2006 [1]).


DIFFÉRENTES FORMES TOPOGRAPHIQUES DE PERICARDITES CONSTRICTIVES

- Exemple de péricardite constrictive diffuse circonférentielle

- Exemple de forme localisée aux sillons auriculo-ventriculaires

- Exemple de péricardite calcifiée sans épaississement péricardique

- Exemple de péricardite constrictive pseudotumorale


EPAISSISSEMENT PERICARDIQUE NE SIGNIFIE PAS CONSTRICTION...

Image:attention.jpg ATTENTION !

- Il importe de ne pas confondre les indices anatomiques et les conséquences fonctionnelles. Épaississement ne signifie pas constriction (et constriction n'impose pas forcément épaississement).

- En présence d'un épaississement péricardique, les signes cliniques congestifs droits (dont la forme la plus avancée est le syndrome oedémato-ascitique de Pick) et les résultats du cathétérisme montrant une égalisation des pressions entre oreillette et ventricule sont des signes de constriction.

- Le tableau clinique et les mesures de pression sont cependant identiques en cas de cardiomyopathie restrictive.

- La recherche d'un couplage ventriculaire pathologique en IRM apportera ici un indice déterminant pour le diagnostic de constriction et pour le diagnostic différentiel entre cardiomyopathie restrictive et péricardite constrictive.

<--Variantes_topographiques Scanner pour les calcifications-->