Mardi 16 août 2022
Navigation
Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON Nous adhérons aux principes de la charte HONcode. Vérifiez ici.

Normal mais

Un article de IRM Cardiaque par Neteditions .

(Différences entre les versions)
Aller Ă  : Navigation, Rechercher
(Nouvelle page : {| class="wikitable" | width="200" align="left" |<--Petites structures du coeur droit | width="333" align="center" |<span style="color:#1122BB; font-size...)
Version actuelle (5 août 2008 à 16:06) (modifier) (défaire)
 
(3 révisions intermédiaires masquées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
{| class="wikitable"
{| class="wikitable"
| width="200" align="left" |<--[[Structures_anatomiques|Petites structures du coeur droit]]
| width="200" align="left" |<--[[Structures_anatomiques|Petites structures du coeur droit]]
-
| width="333" align="center" |<span style="color:#1122BB; font-size: 150%;">'''Coeur normale... mais...'''</span>
+
| width="333" align="center" |<span style="color:#1122BB; font-size: 150%;">'''Coeur normal... mais...'''</span>
| width="200" align="right" |[[H]]-->
| width="200" align="right" |[[H]]-->
|}
|}
-
Les cardiologue, spécialistes d'organes, sont bien préparés pour pointer les pathologies cardiaques révélées par l'IRM. Leur participation à la réalisation et à l'interprétation des examens d'IRM cardiaque est donc naturelle. La présence de radiologues lors des vacations d'IRM est cependant souhaitable car 1) ils maitrisent mieux l'aspect technique de l'examen, 2) ils connaissent la séméiologie et la pathologie extracardiaque et 3) car enfin, un travail coopératif multidisciplinaire est toujours fructueux in fine pour le patient qui beneficiera ainsi d'un meilleur diagnostic et d'une prise en compte globale du diagnostic dans une démarche clinique plus large.
 
-
MĂȘme si l'examen est essentiellement centrĂ© sur le coeur, il importe grandement de ne pas meconnaitre d'autres pathologies rĂ©vĂ©lĂ©es par l'examen, qu'elles rendent compte ou non de la symptomatologie d'appel ; l'oeil du radiologue sera ici plus perspicace que celui du cardiologue...
+
Les cardiologues, spécialistes d'organe, sont bien préparés pour pointer les pathologies cardiaques révélées par l'IRM. Leur participation à la réalisation et à l'interprétation des examens d'IRM cardiaque est donc naturelle. La présence de radiologues lors des vacations d'IRM cardiaque est tout aussi souhaitable car 1) ils maitrisent mieux l'aspect technique de l'examen, 2) ils connaissent la séméiologie et la pathologie extracardiaque et 3) car enfin, un travail coopératif multidisciplinaire est toujours plus fructueux ''in fine'' pour le patient qui bénéficiera ainsi d'un meilleur diagnostic et d'une prise en compte globale, dans une démarche clinique intégrée.
 +
 
 +
MĂȘme si l'examen est essentiellement centrĂ© sur le coeur, il importe grandement de ne pas mĂ©connaitre d'autres pathologies rĂ©vĂ©lĂ©es par l'examen, qu'elles rendent compte ou non de la symptomatologie d'appel ; l'oeil du radiologue sera ici plus perspicace que celui du cardiologue...
Voici quelques exemples extraits de la pratique quotidienne :
Voici quelques exemples extraits de la pratique quotidienne :
Ligne 18 : Ligne 19 :
| width="244" align="center" |[[Image:pleur_loew_tse.jpg]]
| width="244" align="center" |[[Image:pleur_loew_tse.jpg]]
|}
|}
-
''Suspicion de myopéricardite chez un jeune patient présentant depuis 5 semaines des douleurs thoraciques majorées par l'inspiration profonde avec blocpnée. L'angio-scanner thoracique réalisé au début des symptomes (legere toux irritative et douleurs vives) était considéré comme normal. La CRP reste élevée à 48, Petite lame de serosité péricardique de 5 mm en échographie, ECG normal. Pas de lésion myocardique identifiée à l'examen IRM. Par contre, on observe un minime épanchement pleural droit avec épaississement de 12 mm en postéro-basal (flÚche), en hypersignal sur ces séquences pondérées T1 de 'rehaussement tardif' et de turbo spin écho réalisées aprÚs injection de gadolinium. Cette pleurésie explique trÚs bien les symptomes du patient.''
+
''Suspicion de myopéricardite chez un jeune patient présentant depuis 5 semaines des douleurs thoraciques majorées par l'inspiration profonde avec blocpnées. L'angio-scanner thoracique réalisé au début des symptÎmes (légÚre toux irritative et douleurs vives) était considéré comme normal. La CRP reste élevée à 48. Petite lame de sérosité péricardique de 5 mm en échographie, ECG normal. Pas de lésion myocardique identifiée à l'examen IRM. Par contre, on observe une lame d'épanchement pleural droit avec épaississement atteignant 12 mm en postéro-basal (flÚche), en hypersignal sur ces séquences pondérées T1 de 'rehaussement tardif' et de turbo spin écho réalisées aprÚs injection de gadolinium. Cette pleurésie explique trÚs bien les symptÎmes du patient.''
== Pathologie extracardiaque surajoutée, à ne pas méconnaitre ==
== Pathologie extracardiaque surajoutée, à ne pas méconnaitre ==
 +
{| class="wikitable"
 +
| width="244" align="center" |<flvplayer width="240" height="240">http://www.irmcardiaque.com/DATA/Normal/guiriec.flv?source=1</flvplayer>
 +
| width="488" align="left" |''Recherche de lésion ischémique chez un patient avec cardiopathie hypokinétique.''
 +
''Il existe un hypersignal franc du corps vertébral de D7, compatibles avec des métastases vertébrales chez ce patient qui présente également un EOA prostatique.''
 +
 +
 +
 +
Dans le cadre de l'examen IRM cardiaque, il ne s'agit pas de poser un diagnostic prĂ©cis de pathologie extracardiaque, mĂȘme si la prĂ©sence conjointe du radiologue lors de l'examen permet de prĂ©ciser la pathologie (avec Ă©ventuellement une ou deux sĂ©quences d'examen additionnelles) mais il importe de mettre de doigt sur d'Ă©ventuelles lĂ©sions associĂ©es afin que les examens appropriĂ©s puissent ĂȘtre faits secondairement...
 +
|}

Version actuelle

<--Petites structures du coeur droit Coeur normal... mais... H-->


Les cardiologues, spécialistes d'organe, sont bien préparés pour pointer les pathologies cardiaques révélées par l'IRM. Leur participation à la réalisation et à l'interprétation des examens d'IRM cardiaque est donc naturelle. La présence de radiologues lors des vacations d'IRM cardiaque est tout aussi souhaitable car 1) ils maitrisent mieux l'aspect technique de l'examen, 2) ils connaissent la séméiologie et la pathologie extracardiaque et 3) car enfin, un travail coopératif multidisciplinaire est toujours plus fructueux in fine pour le patient qui bénéficiera ainsi d'un meilleur diagnostic et d'une prise en compte globale, dans une démarche clinique intégrée.

MĂȘme si l'examen est essentiellement centrĂ© sur le coeur, il importe grandement de ne pas mĂ©connaitre d'autres pathologies rĂ©vĂ©lĂ©es par l'examen, qu'elles rendent compte ou non de la symptomatologie d'appel ; l'oeil du radiologue sera ici plus perspicace que celui du cardiologue...

Voici quelques exemples extraits de la pratique quotidienne :

Pathologie extracardiaque expliquant les symptĂŽmes d'appel

Image:pleur_loew_le.jpg Image:pleur_loew_tse.jpg

Suspicion de myopéricardite chez un jeune patient présentant depuis 5 semaines des douleurs thoraciques majorées par l'inspiration profonde avec blocpnées. L'angio-scanner thoracique réalisé au début des symptÎmes (légÚre toux irritative et douleurs vives) était considéré comme normal. La CRP reste élevée à 48. Petite lame de sérosité péricardique de 5 mm en échographie, ECG normal. Pas de lésion myocardique identifiée à l'examen IRM. Par contre, on observe une lame d'épanchement pleural droit avec épaississement atteignant 12 mm en postéro-basal (flÚche), en hypersignal sur ces séquences pondérées T1 de 'rehaussement tardif' et de turbo spin écho réalisées aprÚs injection de gadolinium. Cette pleurésie explique trÚs bien les symptÎmes du patient.


Pathologie extracardiaque surajoutée, à ne pas méconnaitre

Recherche de lésion ischémique chez un patient avec cardiopathie hypokinétique.

Il existe un hypersignal franc du corps vertébral de D7, compatibles avec des métastases vertébrales chez ce patient qui présente également un EOA prostatique.


Dans le cadre de l'examen IRM cardiaque, il ne s'agit pas de poser un diagnostic prĂ©cis de pathologie extracardiaque, mĂȘme si la prĂ©sence conjointe du radiologue lors de l'examen permet de prĂ©ciser la pathologie (avec Ă©ventuellement une ou deux sĂ©quences d'examen additionnelles) mais il importe de mettre de doigt sur d'Ă©ventuelles lĂ©sions associĂ©es afin que les examens appropriĂ©s puissent ĂȘtre faits secondairement...


<--Petites structures du coeur droit H-->