Lundi 22 janvier 2018
Navigation
Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON Nous adhérons aux principes de la charte HONcode. Vérifiez ici.

Look-Locker

Un article de IRM Cardiaque par Neteditions .

<--H Séquence Look-Locker H-->


Sommaire

Séquence TI-scout ou Look-Locker

Cette séquence réalise une série d'images 'single shot' en inversion-récupération, en écho de gradient rapide avec des TI croissants (typiquement de 100 à 400 ms). Le but de cette séquence est de déterminer le temps TI optimal pour lequel le signal myocardique s'annule, afin de pouvoir réaliser ensuite des séquences de rehaussement tardif offrant un contraste optimal (avec le TI ainsi choisi) comparativement aux zones pathologiques où la rétention anormale de gadolinium entraine un hypersignal.

Les temps TI optimaux, 10 mn apres injection de gadolinium, sont de l'ordre de 200 ms pour un champ de 1T, 250 ms pour un champ de 1.5T et environ 300 ms à 3T.

Evolution globale du signal sanguin et myocardique

Normalement, le signal du pool sanguin s'annule avant le signal du myocarde :

Dans cette série d'image, l'évolution normale du signal est marquée, dans un premier temps, par un noircissement :

- 1) du pool sanguin, pour un TI d'environ 180 ms, puis
- 2) du myocarde. pour un TI d'environ 200 ms.

Ensuite, l'intensité du signal repousse, plus rapidement pour le sang, plus lentement pour le myocarde.

L'annulation du myocarde avant le pool sanguin est quasi-spécifique de l'amylose cardiaque :

La situation inversée au cas général où :

- 1) le myocarde 's'éteint' en premier, pour un TI de 165 ms, puis
- 2) les cavités sanguines 's'éteignent' ensuite, pour un TI de 180 ms env.

est tout à fait pathologique et traduit un accroissement majeur du volume de distribution myocardique. Dans l'amylose, les abondants dépots amyloides (extracellulaires) sont la source de ces changements.

La séquence Look-Locker possède ici une véritable valeur diagnostique car ce comportement 'inversé' est quasi pathognomonique de l'amylose.

En cas de lésion focale :

Les lésions focales (infarctus, fibrose de cardiomyopathie...) dont le T1 est raccourci en raison de leur rétention pathologique de gadolinium, se comportent approximativement comme le sang, c'est à dire que l'annulation du signal dans ces tissus survient plus précocément que pour le myocarde sain, démontrant ainsi l'accroissement du volume de distribution consécutif à la présence d'oedeme (myomalacie de l'infarctus récent, myocardite, tumeur) ou de tissu fibreux (cicatrice de lésion ischémique, fibrose de cardiomyopathie).

La séquence d'image à gauche correspond à une cardiomyopathie hypertrophique avec foyer de fibrose nodulaire inférieur dont le signal s'annule avant celui du myocarde adjacent.


La séquence d'image du milieu correspond à un infarctus latéral transmural. On observe dans cette zone une annulation du signal qui s'effectue avant celle du myocarde sain adjacent, presque siumultanement avec l'annulation du signal sanguin, traduisant le raccourcissement du T1 dans cette zone infarcie.

Comment calculer le temps de relaxation T1 avec ces séquences ?

En balayant les temps TI de manière croissante, ces séquences permettent de calculer les temps de relaxation T1. Pour cela il faut noter l'intensité du signal dans une région d'intérêt donnée (myocarde, cavité sanguine...) pour chacune des images. En rapportant ces valeurs ainsi que les valeurs de TI correspondantes dans une feuille de calcul Excel, on peut tracer la courbe de repousse de l'aimantation longitudinale et on peut calculer la valeur du T1 correspondante.

Etant donné que le TI s'accroit entre chaque image, l'instant où l'image est acquise dans le cycle cardiaque change (de la systole pour des TI courts vers la diastole pour les TI long), de sorte que les structures cardiaques bougent sur la série, ce dont il faut tenir compte pour le dessin des régions d'intérêt.


<--H H-->